mercredi 14 août 2013

Le thé noir réduit-il les cas de diabète ?

 
Une récente étude démontre que les cas de diabète de type 2 sont plus bas dans les pays où les gens consomment du thé noir. Cependant, les chercheurs doivent maintenant prouver son efficacité sur les individus.
Après analyse de données enregistrées dans une cinquantaine de pays, une équipe internationale de chercheurs dit avoir trouvé un lien entre la prévalence du diabète de type 2 (non insulino-dépendant) et la consommation de thé noir.
Même si l'étude, publiée cette semaine dans le British Journal of Medicine, montre moins de cas de diabète de type 2 dans les pays où l'on consomme beaucoup de thé noir comme en Irlande, au Royaume-Uni et en Turquie, les scientifiques ne vont pas jusqu'à préconiser la consommation de thé noir pour réduire le risque de développer la maladie.
Une étude à relativiser
Ils ne veulent pas tirer de conclusions hâtives. Par exemple, les chercheurs mettent en garde sur la qualité et la cohérence des données enregistrées dans les cinquante pays. Ils ajoutent que des résultats peuvent être justes au niveau national mais faux au niveau de l'individu.
L'étude a analysé des données provenant des ventes de thé en 2009 et des chiffres de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) sur la prévalence de maladies comme le cancer et le diabète.
Selon l'étude, l'Irlande enregistre la plus forte consommation de thé noir (plus de 2kg par personne par an), devant le Royaume-Uni et la Turquie. Et inversement la Corée du Sud, le Brésil, la Chine et le Mexique figurent parmi les pays en consommant le moins.
Au final, cependant, leurs chiffres montrent bien une association linéaire entre des taux modérés de diabète de maturité et la consommation de ce type de thé, et s'inscrit dans la lignée de recherches précédentes, qui avaient déjà conclu dans ce sens.
En 2009, des chercheurs avaient montré que les polysaccharides, un type de glucides complexes qui aident à retarder l'absorption du glucose, étaient surtout présents dans le thé noir.