dimanche 11 août 2013

Le diabète gestationnel de la future maman


Oui ladies, vous avez bien lu. Le diabète gestationnel est un diabète propre à la femme enceinte. Il disparait à l’accouchement, ou quelques semaines plus tard. Attention, même si on guérit, ce type de diabète est loin d’être anodin. Ne vous alarmez pas non plus, cela ne vous empêche pas de mener à terme une grossesse ni de pouponner votre petit bout de chou.
Un diabète pas comme les autres !
Avant de parler des risques de ce type de diabète ladies, il faut comprendre son origine. Pendant les six premiers de grossesse, les besoins en insuline de la lady sont trois fois plus importants. Pour la simple raison que l’on vit une surproduction d’hormones « anti insuline », comme ceux de la croissance par exemple. Normalement, le pancréas va agir et produire plus d’insuline. Chez certaines femmes, cela ne se produit pas d’où le diabète gestationnel. Parfois, il s’agit de diabète classique, sauf qu’il n’avait pas été dépisté.
Même s’il ne s’agit pas d’un diabète franc, cette maladie peut entraîner plusieurs effets secondaires s’il n’est pas traité. La maman risque de l’hypertension, un accouchement prématuré par césarienne ou même un diabète de type 2 après la grossesse. Les dangers liés au bébé peuvent être plus graves : Un poids qui dépasse les quatre kilos à la naissance, une hypoglycémie, une détresse respiratoire, ou développer lui aussi, un diabète de type 2.
Inutile de vous exposer, et d’exposer votre bébé à des risques inutiles. C’est pourquoi il faut diagnostiquer et traiter. Avant, on ne surveillait le taux de sucre que chez les femmes qui ont facteur de risque, comme l’obésité et les antécédents familiaux. Aujourd’hui, l’examen des urines est fréquent et obligatoire pour toutes les femmes. Il faut absolument équilibrer son taux de glycémie. Il suffit de surveiller ses apports en glucides, pratiquer une activité physique et parfois prendre de l’insuline. La plupart du temps, le gynécologue va conseiller une diététicienne pour un équilibre alimentaire sans risques de carences.
Et après ?

Avec ce traitement adéquat et un suivi médical, vous pouvez tout à fait faire de votre grossesse un moment de joie. Dans 90% des cas, le diabète gestationnel guérit quelques semaines après l’accouchement. Si la jeune maman n’a pas fait attention, elle peut, dans certains cas développer un diabète de type 2. Et puis, ne vous inquiétez pas, il n’existe aucune contre indication pour l’allaitement. Au contraire, cela protégera votre bébé du risque de développer lui-même un diabète. Et puis, n’oubliez pas le suivi, même après l’accouchement. Vous devez garder cet équilibre alimentaire et cette activité physique. Surveillez aussi votre poids, les mamans qui retrouvent leur poids normal réduisent de moitié leur risque de faire un diabète de type 2.
N’oubliez pas aussi que ce risque s’accroit au bout dès la 3e grossesse, et dès l’âge de 45 ans. Si vous avez des antécédents dans votre famille ou un sur poids, il faut en parler à votre médecin. Si vous souffrez de ce mal pendant votre première grossesse, vous avez encore plus de risque de répéter le même scénario pendant la suivante.
Votre enfant doit également être suivi. Même si aucun problème n’apparaît, n’oubliez pas qu’il a facteur de risque important. Apprenez lui à manger équilibré dès son plus jeune âge, et puis, faites du sport, à deux. Ce sera un magnifique moment de partage avec Maman.
N’hésitez pas aussi à poser toutes vos questions à votre gynécologue, même avant la conception du bébé.