mercredi 5 juin 2013

Les conseils « top secret » d’une gynécologue


Espace privé entre tous, un cabinet gynécologique est le théâtre de moments forts, parfois douloureux et souvent étonnants entre le médecin et ses patientes. Notre gynécologue vous donne ses petits conseils, en toute intimité.

Pas de maillot avant un rendez-vous

« Il est normal d’apporter un soin particulier à son intimité avant de se présenter à son docteur dans le plus simple appareil. Mais croyez-le, les médecins n’y accordent aucune importance. Pire, une épilation récente peut fausser un diagnostic. J’ai souvent affaire à des patientes qui se sont fait épiler le maillot la veille de notre rendez-vous. J’apprécie l’attention, mais il m’est alors quasiment impossible de déterminer si d’éventuelles rougeurs sont dues à une infection ou une irritation, ou simplement des séquelles de l’épilation en question. Avant de consulter votre gynécologue, privilégiez donc l’option naturelle, son avis n’en sera que meilleur. »

Poids et libido ne font pas bon ménage

« Nos patientes ne s’attendent pas forcément à ce que leur gynéco leur parle de leur surcharge pondérale. Il m’arrive pourtant fréquemment d’aborder le sujet avec des patientes qui me font part d’une baisse de leur libido. Une femme qui n’est pas à l’aise dans son corps en raison de quelques kilos de trop hésitera souvent à se présenter nue devant son compagnon, et aura même parfois tendance à le repousser. En pareil cas, nul besoin de recourir à un traitement hormonal : un régime doux et régulier va lui permettre de reprendre confiance en elle et en ses atouts, et de retrouver une vie sexuelle pleinement épanouie. »

Tomber enceinte après 42 ans… ce n’est pas gagné

« Nous évoquons fréquemment les questions de fertilité en rendez-vous, et je reçois régulièrement des femmes qui me font part de leur envie pressante de tomber enceintes alors qu’elles ont largement passé la quarantaine. Il est souvent difficile pour elles d’admettre que leurs chances sont proches de 0 tant les magazines regorgent d’histoires de stars mamans à 50 ans et plus. Ces cas sont exceptionnels et résultent souvent d’actes médicaux. Le fait d’avoir vos règles régulièrement ne signifie pas forcément que vous soyez encore fertile. »

L’accouchement sans douleur n’est pas moins digne

« Je respecte profondément le droit de chaque femme de choisir son mode d’accouchement. J’accompagne fréquemment des patientes qui ont décidé d’accoucher naturellement, sans aide médicale, voire même chez elle. Mais si on me demande mon opinion sur le sujet, elle est toute trouvée : choisissez la péridurale. Elle est efficace, sûre, et vous en priver ne fera pas de vous une héroïne pour autant. »

Un sextoy devrait être obligatoire

« Certaine patientes trouvent étrange qu’un médecin puisse recommander l’usage de sextoys. C’est pourtant une recommandation de pur bon sens : a mesure que l’on avance en âge, la production d’œstrogènes a tendance à diminuer, ce qui implique notamment une baisse de la sensibilité du clitoris. Utiliser un sextoy peut permettre de stimuler vos sensations en entretenant sa réceptivité. Je conseille cette pratique dès 35 ans, et en aucun cas pour un usage privé et honteux : si vous vous en sentez capable, impliquez votre partenaire, le résultat n’en sera que meilleur. »

Pas d’orgasme ? C’est sa faute !

« Lorsque mes amies ou mes patientes se plaignent de ne pas atteindre l’orgasme, elles ont tendance à rejeter la faute sur leur compagnon. Je leur réponds généralement que cela dépend en grande partie d’elles-mêmes. Le plaisir s’apprend, et chacune d’entre nous sait ce qui lui réussit le mieux. Charge à chacune d’entre nous d’aider leur partenaire à les satisfaire en les guidant dans leur propre plaisir. »