mercredi 26 juin 2013

La malnutrition

      Un régime alimentaire dans lequel des éléments nutritifs indispensables (vitamines ou minéraux, par exemple) font cruellement défaut, pendant une longue période, se traduit par de graves troubles physiques. Les conséquence qui résultent d'une mauvaise nutrition, ou de l'incapacité du corps à digérer ou absorber certains aliments, sont appelées carences ou maladies par carence. Lorsqu'il y a véritable famine, un fléau qui continue à sévir dans de nombreuses parties du globe, l'organisme commence à utiliser son stock de graisses comme source d'énergie et de chaleur. Dans les cas graves, les muscles fondent et les côtes, tout comme le reste des os, finissent par apparaître sous la peau.
      Les graves maladies par carence et la famine sévissent encore dans les pays en voie de développement où le revenu par tête est très bas. L'économie nationale ne peut faire face à l'urgence d'une situation agricole (comme les longues périodes de sécheresse) qui affecte les besoins en matière d'alimentation de la population.

 
 
       L'organisme peut également souffrir de malnutrition même s'il reçoit suffisamment de calories pour rester en vie, car la qualité de l'alimentation détermine, autant que sa quantité, les carences nutritionnelles. Lorsque l'apport  d'éléments indispensable dans l'alimentation est inférieur à la normale, presque tous les organes et les tissus sont touchés : les os ne reçoivent plus assez de calcium pour pouvoir se réparer, l'individu souffre d'anémie par manque de fer, et les muscles ne sont plus à même de conserver leur tonicité, car les protéines ne suffisent pas à les entretenir. Chez les nourriss-
ons, les bébés et les enfants, la malnutrition se traduit généralement par des problèmes de croissance, un manque d'énergie et de réactions, et une sensibilité accrue aux infections.
      Dans les cas graves, la peau devient rugueuse et se frippe à la moindre friction, puis surviennent des anomalies dentaires, des saignements des gencives et, éventuellement, des irritations aux commissures des lèvres.
      Certaines maladies de carence sont dues à un apport insuffisant d'une seule vitamine. Un exemple typique est le scorbut qui est provoqué par une carence en vitamine C. Il se manifeste par une faiblesse de l'état général, des douleurs aux articulations, la perte des dents ou l'apparition de dents
  
 
anormales, des hématomes (bleus) et des saignements des gencives. Manger des fruits et des légumes frais,  excellente source de vitamine C, ou boire des jus de fruits ou de légumes constituent la meilleure préventions contre cette maladie.  
       Le béribéri est provoqué par une carence en vitamine B1. Cette maladie est caractérisée par une inflammation des nerfs, de l'anémie et un gonflement généralisé (œdème) dû à l'accumulation anormale des liquides dans les tissus. La maladie est devenue rare de nos jours, sauf dans les pays où les habitants consomment surtout du riz décortiqué.
      Le kwashiorkor est une grave maladie de carence due à l'absence de protéines dans le régime alimentaire. Elle affecte principalement les enfants âgés de moins de deux ans et les nourrissons sevrés qui reçoivent une nourriture de substitution pauvre en protéines (bouillies de céréales diluées, par exemple). L'enfant est inactif et sa croissance et son développement n'ont pas lieu normalement, c'est-à-dire que son poids et sa taille sont inférieurs à la normale pour son âge. Son abdomen se distend, son foie grossit et d'autre tissus enflent à la suite de l'accumulation de liquides. Quatre enfants sur dix, atteints de cette maladie, meurent. Les survivants sont victimes d'un retard mental irréversible. Dans les cas extrêmes, avant même de tenter de les nourrir en protéines, il faut réhydrater leur  corps en lui apportant les minéraux qu'il a perdus.